La fiche pratique des couvertures du cheval

Pour un cheval bien au chaud pour cet hiver ❄️

Le cheval à l’état sauvage sait gérer et adapter son corps en fonction du climat. Cependant, la domestication et la pratique sportive ont rendu les chevaux de sport moins robustes, c’est pourquoi certains d’entre eux ont besoin d’être couverts l’hiver.

Le fait de couvrir un cheval ne doit pas être pris à la légère. Nous allons donc vous expliquer dans cette fiche pratique comment gérer les couvertures d’un cheval afin qu’il soit couvert correctement tout au long de l’hiver.

Pourquoi mettre une couverture à un cheval ?

Répondre à cette question nous semble primordial pour bien commencer cette fiche pratique.

Couvrir les chevaux l’hiver peut être une habitude dans certaines écuries comme cela peut être totalement proscrit dans d’autres. En effet, certains cavaliers ont une vision très naturelle du cheval, ils décident donc de ne pas ajouter « d’artifices » pour ne pas fragiliser ses défenses naturelles.

Comme nous le disions en introduction, la domestication, mais surtout la pratique sportive a « fragilisé » le cheval. Certains chevaux apprécient donc ces « artifices » et en ont même besoin.

Cependant, si vous possédez (ou que vous vous occupez) d’un cheval « rustique », il ne sera pas nécessaire de le couvrir. Il se débrouille très bien tout seul, laissons-le faire. 

Le fait de couvrir ou pas un cheval dépend donc de plusieurs paramètres : la condition physique de celui-ci, l’intensité de son activité, le climat de la région dans laquelle il vit, etc..

 

Quand faut-il couvrir un cheval ?

Il existe deux situations dans lesquelles vous pouvez mettre une couverture à votre cheval.

Couvrir un cheval est tondu

Vous avez peut-être remarqué que dans certaines écuries, on tond les chevaux l’hiver. Cette pratique s’applique aux chevaux ayant un exercice physique intense et aux chevaux pratiquant la compétition.

Le fait de tondre un cheval n’a pas un but esthétique. Le fait d’être tondu évite au cheval de transpirer pendant ses séances de travail. Comme il ne transpire pas, il ne risque pas de tomber malade (coup de froid, angine…).

C’est le côté très pratique de la tonte : le cheval ne transpire pas, le cavalier n’a pas à le sécher avant de le remettre en box ou au paddock, le cheval ne tombe pas malade. Mais un cheval tondu doit impérativement porter une couverture ! Il n’a plus de poils, si on ne le couvre pas il a froid et peut donc tomber malade. 

Couvrir un cheval qui n’est pas tondu

tonte cheval

Il n’est pas impossible de couvrir un cheval qui n’est pas tondu. On couvre un cheval qui n’est pas tondu pour les raisons suivantes :

  • Certains cavaliers couvrent leurs chevaux avant qu’ils fassent leurs poils d’hiver. Cela permet d’éviter de tondre le cheval, de garder son poil court et d’éviter qu’il transpire pendant ses séances de travail.

  • Les températures ont brutalement chuté, il fait vraiment très froid. On va donc couvrir les chevaux pour leur donner plus de confort s’ils vivent en paddock.

  • Un fort orage est prévu et il fait froid, on couvre les chevaux qui vivent en paddock avec une couverture imperméable pour leur éviter d’être trempés et d’avoir froid

  • Le cheval est vieux, il n’a plus les mêmes défenses naturelles que quand il était jeune. On le couvre pour lui donner plus de confort.

Bien entendu, dans ces quatre cas le cheval n’est pas tondu. Il conserve son poil bien qu’il soit court. On ne couvre donc pas de la même manière un cheval qui n’est pas tondu : on le couvre avec des couvertures plus fines afin qu’il n’ait pas trop chaud.

cheval non tondu

L’enjeu des couvertures pour le cheval

Une bonne couverture pour le cheval doit respecter deux enjeux qui sont essentiels au confort du cheval dans sa protection. 

Le cheval ne doit pas avoir trop chaud sous sa couverture 

La couverture sert à tenir chaud lorsque le cheval est au repos, en boxe ou au paddock.

Que le cheval soit tondu ou qu’il ait gardé un poil court, l’objectif est qu’il ne transpire pas durant les séances de travail. Cependant, il ne doit pas non plus transpirer lorsqu’il est au repos ! 

Afin que votre cheval soit correctement couvert, il est recommandé d’avoir au moins deux couvertures ayant des grammages différents : une polaire ou une couverture fine et une couverture de paddock imperméable plus épaisse :

Lorsque les températures chutent, vous pouvez ajouter la polaire sous la couverture de paddock.

Si le cheval vit en paddock et qu’il pleut, le cheval sera sec grâce à l’imperméabilité de sa couverture (attention ! Ne laissez jamais un cheval sous la pluie avec une couverture qui n’est pas imperméable !)

Lorsque les températures montent, vous pouvez simplement laisser le cheval avec sa couverture polaire.

couverture polaire pour cheval
couverture imperméable pour cheval
chemise légère

Couverture polaire JMR

Couverture d’extérieur imperméable Horze

Chemise légère Horseware

Bien entendu vous pouvez posséder autant de couvertures que vous le souhaitez. Évitez cependant de trop en superposer sur le cheval, cela peut être inconfortable.

La couverture ne doit pas blesser le cheval

Tout comme la selle, la couverture exerce des pressions sur le dos du cheval, principalement sur son garrot et au niveau de ses épaules. 

Pression + frottements = couverture qui peut blesser le cheval.

Les blessures au garrot peuvent empêcher un cheval d’être sellé le temps qu’elles guérissent, car elles sont généralement mal placées et très douloureuses. À cause des frottements de la couverture, du tapis et de la selle, elles mettent du temps à cicatriser. 

Pour éviter que les couvertures blessent le cheval, il faut dans un premier temps s’assurer que la couverture est bien à sa taille (cf : le guide des tailles des couvertures). Les problèmes de tailles sont souvent à l’origine des blessures. 

Il faut également bien ajuster la couverture en réglant correctement les sangles d’attache sous le ventre et sur le poitrail : la couverture ne doit pas être ni trop serrée ni trop lâche.

Tout comme pour nos vêtements, les couvertures peuvent avoir différentes coupes. Par exemple, certaines couvertures ont une ouverture d’encolure plus échancrée que d’autres. Cela peut ne pas convenir à votre cheval. Soyez donc vigilant quant à la coupe de la couverture : elle ne doit pas naturellement reculer, les épaules doivent correctement être enveloppées, le garrot ne doit pas être comprimé.

Pour aller plus loin, on vous propose de consulter ces fiches pratiques :  

Gérer les grammages des couvertures
Les couvertures à avoir pour un cheval
Les couvre-reins

Découvrez également notre guide des tailles des couvertures pour que vous puissiez équiper votre cheval de la meilleure des façons ! 

Ces articles peuvent vous intéresser …

Entretenir son matériel d’équitation en mouton

Entretenir son matériel d’équitation en mouton

En équitation, de plus en plus de matériel est en mouton. La crainte des cavaliers autour de ce matériau repose principalement sur son entretien.  Découvrez donc aujourd’hui comment entretenir votre matériel d’équitation en mouton ! Pourquoi entretenir son...

lire plus
Pieds du cheval : quelles pathologies ?

Pieds du cheval : quelles pathologies ?

Au quotidien, les pieds du cheval sont sujets à de nombreuses agressions extérieures pouvant découler sur des affections podologiques plus ou moins graves. Parmi celles-ci, la gale de boue, les fourchettes pourries et les abcès, seimes et bleimes sont les plus...

lire plus