Poux et acariens chez le cheval : Comment les enlever et les éviter ?

par | Juil 27, 2021 | Pathologies

Les poux et les acariens sont très courants et souvent confondus avec une dermite, car ils présentent les mêmes premiers symptômes : démangeaisons et perte de poils. Cependant, leurs origines sont complètement différentes. Les acariens et les poux se manifestent principalement en hiver et sont facilement transmissibles. Pour éviter leur propagation, il est important de comprendre leurs origines, leurs conséquences et le traitement à adopter.

D’où viennent les poux et les acariens qui attaquent les chevaux ? 

poux et acariens chez le cheval

Les poux et les acariens sont très présents dans la nature et les chevaux ne leur échappent pas. Ils sont tous les deux difficilement repérables de par leur petite taille. Notons que tous les chevaux ne sont pas sensibles à la même échelle. Ainsi, les chevaux en déficience immunitaire sont les plus sensibles face aux infestations de poux et d’acariens.

Les poux chez le cheval

Il existe plusieurs types de poux chez le cheval : les poux piqueurs (Haemotopinus asini) qui se nourrissent de sang, et les poux broyeurs (Bovicola ou Damalia equi) qui se nourrissent de sébum et de cellules mortes.

Les poux broyeurs sont beige clair avec des bandes transversales plus foncées et mesurent environ 2mm. Ils vivent presque toute l’année dans la nature, à l’exception de l’été où la chaleur est trop importante. Ils peuvent survivre jusqu’à 2 semaines dans la nature. Les poux broyeurs chez le cheval se logent principalement au niveau de la tête, des oreilles, de la nuque, du dos, des flancs et de la base de la queue. On les repère généralement grâce à la présence de lentes logées à la base des poils.

Poux et acariens chez le cheval

Les poux piqueurs possèdent une tête étroite et mesurent jusqu’à 4 mm. Ils vivent presque toute l’année dans la nature, à l’exception de l’été où la chaleur est trop importante. Ils peuvent survivre 4 à 7 jours dans la nature. Les poux piqueurs se logent au niveau des crins et à l’intérieur des paturons et cuisses. Ils sont très rares, mais peuvent être à l’origine de complications de santé (anémie, perte de poids…).

Les acariens chez le cheval

Les acariens sont présents toute l’année dans l’environnement qui nous entoure, cependant ils sont plus rencontrés en hiver lors duquel ils cherchent la chaleur. Ils sont très contagieux et se transmettent ainsi très facilement entre les chevaux d’un même environnement par un contact direct ou un contact indirect (harnachement, matériel de pansage, textiles).

Quelles sont les conséquences des piqûres de poux et d’acariens ?

L’infestation de poux et d’acariens peut être asymptomatique, mais dans certains cas elle est associée à de fortes démangeaisons, à des desquamations et à un prurit plus ou moins important. En présence de poux, le poil du cheval devient terne et accompagné de pellicules, plaies et zones inflammées. Ces lésions sont généralement causées, car le cheval se mord et se gratte.

Dans le cas des acariens, le cheval est sujet à d’importantes démangeaisons qui s’entendent sur tout le corps. Parmi les acariens, les leptes, les sarcoptes, les trichodectidae, les acariens de la gale et les demodex sont les plus rencontrés. L’infestation d’acariens est reconnaissable par l’apparition de zones rondes écaillées, restreintes ou sans poils autour des acariens. Ces zones peuvent aller de 2 à 10 cm et s’étendre sur toute la robe du cheval. L’apparition de squames, fissures et plaies sur les membres est également possible en plus d’une éventuelle gale de boue et de membres gonflés. Il est alors nécessaire de traiter les acariens pour empêcher le développement de ces symptômes.

Attention à ne pas confondre les conséquences des piqûres de poux et d’acariens chez le cheval avec les symptômes d’autres maladies cutanées du cheval comme la dermite estivale, la gale ou la gale de boue.

Comment traiter les poux et les acariens d’un cheval ? 

Les poux et les acariens chez le cheval sont très contagieux et peuvent engendrer de nombreuses complications cutanées chez les équidés atteints. Seul un vétérinaire sera compétent pour établir un diagnostic et prescrire un traitement adéquat. Plusieurs traitements existent, ils peuvent être à base de composants chimiques ou naturels.

Ainsi, un répulsif chimique contre les acariens et les poux peut être une première solution. Les produits de ce type auront pour objectif d’empêcher l’arrivée d’acariens et de poux. Cependant, leur efficacité peut rapidement se réduire à après plusieurs traitements.

Il est alors intéressant d’associer un répulsif à des compléments alimentaires naturels qui contiennent des huiles essentielles dont l’odeur éloigne les acariens et poux.

En parallèle, il est nécessaire de traiter les plaies causées par les démangeaisons. Il est conseillé de les désinfecter avec un spray antiseptique et d’appliquer un baume réparateur qui aura pour vocation de soulager et d’apaiser la peau du cheval. Il est également possible d’opter pour un baume à base de miel qui accélère la cicatrisation (attention cependant à la photosensibilisation et aux piqûres d’abeilles en été).

Enfin, il est primordial de laver tout le matériel utilisé (harnachement, tapis de selle, matériel de pansage) par un cheval contaminé, car les poux les acariens sont très facilement transmissibles.

Prévenir les invasions de poux et d’acariens chez le cheval ?

Prévenir les invasions de poux et d'acariens chez le cheval

Les poux et les acariens se transmettent facilement. Il est donc nécessaire de prendre des précautions afin de limiter leur propagation et leur arrivée chez les chevaux :

  • Il est conseillé de commencer à prendre des mesures préventives dès le mois de septembre, ou dès que la température ambiante diminue.
  • Il peut également être intéressant de traiter le cheval avec un produit de drainage. Le drainage étant utile pour détoxifier l’organisme et éliminer les déchets.
  • Renforcer le système immunitaire avec des compléments alimentaires pour prévenir les réactions aux poux et acariens.
  • Laver régulièrement et individualiser le matériel du cheval.

Pour conclure, l’apparition de poux et d’acariens chez le cheval est fréquente. À première vue, ils peuvent être inoffensifs, mais chez des chevaux au système immunitaire plus faibles ils sont à l’origine de fortes démangeaisons et de lésions cutanées douloureuses.

Étant très contagieux, les poux et les acariens doivent être surveillés avec grande attention. Une fois concerné, le cheval doit alors être traité avec les produits adaptés.

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de Confidentialité. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur les liens de désabonnement présents dans les e-mails ou en nous écrivant à fanny@equiswap.com.

J'ai lu et accepte les termes et les conditions

Ces articles peuvent vous plaire …

Parasites externes du cheval : desquels faut-il se méfier ?

Parasites externes du cheval : desquels faut-il se méfier ?

Chez le cheval, les parasites externes peuvent être source d’affections cutanées, d’allergies ou de maladies. Ces parasites sont rencontrés au quotidien dans l’écurie ou en extérieur et peuvent prendre la forme de champignons, poux, acariens, tiques ou encore...

lire plus
Fourchettes pourries chez le cheval : Comment les soigner ?

Fourchettes pourries chez le cheval : Comment les soigner ?

En période de forte humidité, le pied du cheval est sujet à de multiples atteintes podologiques (abcès,seimes...) auxquelles la fourchette pourrie n’échappe pas ! Cette affection touche un grand nombre de chevaux et peut être liée à différentes causes comme des...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire