Dermite chez le cheval : comment la soigner et l’éviter ?

par | Juin 15, 2021 | Pathologies

La dermite du cheval, également appelée dermite estivale récidivante des équidés (DERE) est une affection allergique saisonnière de la peau qui apparaît généralement chez le cheval entre 2 et 4 ans. Elle est causée par des piqûres d’insectes engendrant d’importantes démangeaisons qui se répandent sur l’ensemble du corps du cheval et qui peuvent déclencher des inflammations et des plaies purulentes.

Quelles sont les causes de la dermite estivale ?

La dermite estivale du cheval est causée par des piqûres d’insectes. Ces derniers peuvent être des taons, mouches ou moucherons, et plus particulièrement les culicoïdes (moucherons longs de 1 à 3 mm). En piquant le cheval, les insectes laissent dans son sang une salive anticoagulante à l’origine d’allergie chez certains chevaux. L’allergie provoquant de fortes démangeaisons, le cheval se gratte et répand la salive sur tout son corps.  

dermite récidivante
Crédit: Tsaag Valren

Les insectes à l’origine de ces piqûres vivent dans un climat tempéré (de 15°C à 35°C) et sont davantage présents entre mars et octobre. Cependant, avec le réchauffement climatique ils sont de plus en plus présents tout au long de l’année.Cette pathologie n’est pas contagieuse, mais elle peut être héréditaire, en particulier chez les poneys.

CÉtant récidivante, elle réapparaît chaque année en s’aggravant de plus en plus. Il est donc important de la reconnaître et de la traiter à temps pour minimiser son impact.

Comment reconnaître la dermite du cheval ?

Une fois que le cheval est infecté, les démangeaisons se propagent et touchent principalement la tête, les oreilles, l’encolure, le ventre, la croupe et les crins du cheval. Le cheval se gratte alors de plus en plus et développe des plaies prurigineuses.

crins dermite estivale

Certains symptômes permettent de détecter la dermite du cheval :

  • Apparition de boutons appelés papules sur les zones piquées. Ils disparaissent dès que le cheval commence à se gratter;
  • Douleurs au toucher au niveau des zones concernées, le cheval peut alors devenir agressif;
  • Changement du comportement habituel du cheval : fatigue, agressivité, réticence au toucher, perte anormale de poids …
  • Cheval qui se gratte très fréquemment contre des points fixes à proximité (abris en prés, boxes, arbres…) ou qui se mord;
  • Apparition de croûtes plus ou moins étendues;
  • Crins ébouriffés et cassants : possibilité d’absence de crins à la base de la queue et de la crinière;
  • Zones sans poils ou peau à vif : absence de poils sur l’encolure, la croupe ou le ventre;
  • Peau épaissie et poils qui ne poussent plus;
  • Infections bactériennes à l’origine de lésions purulentes.

Une fois les symptômes observés, des examens complémentaires peuvent être réalisés afin de confirmer ou non la présence de la dermite estivale :

  • Des tests d’intradermo réaction cutanée : l’injection de la salive anticoagulante de l’insecte dans le derme (la peau) du cheval. Cet examen est tout de fois difficilement applicable.
  • Une biopsie cutanée pour mettre en évidence le caractère allergique des lésions cutanées.

Dès que vous constatez l’apparition d’un ou plusieurs symptômes, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire et à utiliser les traitements adéquats afin de soulager votre cheval et d’éviter le développement de la pathologie.  

Comment traiter une dermite estivale chez le cheval ?

Il n’existe pas de réel traitement de la dermite estivale chez le cheval, mais certains soins généraux et locaux peuvent être prodigués afin de soulager le cheval. Deux types de traitements existent : le traitement des démangeaisons et le traitement des insectes.

Le traitement des démangeaisons

Comme nous l’avons vu, les démangeaisons peuvent perturber le quotidien du cheval. Il est donc indispensable de le soulager en optant pour des solutions adaptées.

  • Une alimentation adaptée et l’ajout de complément riches en oméga 3 et 6 sont conseillés, car elles peuvent avoir un effet anti-inflammatoire très bénéfique pour la peau. Il est également possible de compléter ce traitement par de la phytothérapie par voie orale afin limiter les démangeaisons;
  • La prise d’anti-inflammatoires stéroïdiens ou de corticoïdes est prescrite dans les cas les plus importants afin de soulager temporairement le cheval;
  • Les antihistaminiques peuvent également permettre de réduire la réaction allergique chez certains chevaux, mais son efficacité reste variable en fonction de la molécule et du dosage utilisés;
  • L’application de lotions apaisantes est conseillée bien que leurs résultats cliniques ne soient pas prouvés. Ils restent cependant très utiles en prévention et à l’apparition de symptômes;
  • Il est également possible d’opter pour une solution naturelle à fabriquer à la maison. Il suffit de mélanger 1 dose d’huile de neem et ½ dose de lait corporel adapté aux chevaux. C’est une recette parfaite pour éloigner les insectes tout en apaisant les démangeaisons dont souffre le cheval lorsqu’il est atteint de la dermite;

 Bonne nouvelle ! Un vaccin est actuellement en étude avant d’être mis sur le marché. Il a en effet montré une réelle efficacité sur la réduction de la sévérité des signes cliniques (symptômes) chez les chevaux atteints de la dermite estivale.

demangeaison dermite estivale

Le traitement des insectes

Bien qu’il soit impossible d’empêcher les piqûres d’insectes, il est tout de même possible de réduire l’apparition de ces nuisibles en réduisant ainsi les risques de développer la maladie de la dermite grâce : 

  • L’utilisation de répulsifs anti-insectes tout au long des périodes à risque et à fréquence élevée afin d’éviter l’apparition d’insectes. Les répulsifs peuvent être plus ou moins concentrés afin d’optimiser au maximum les résultats. Ils prennent la forme de spray, lotions ou roll-on;
  • Au port de couvertures d’été et de masques anti-insectes qui protègent les zones les plus à risque ou limitent la propagation de la maladie en cas de cheval déjà concerné par la dermite. Il est notamment possible d’imprégner la couverture de répulsifs afin de protéger au mieux le cheval. N’oubliez pas de consulter notre article dédié aux couvertures : les couvertures à avoir.

Comment prévenir la dermite estivale chez un cheval ?

Comme nous l’avons vu, il est impossible d’empêcher l’apparition de la dermite, mais il est possible de l’éviter en adoptant des pratiques de prévention.

Les insectes à l’origine de la dermite estivale apparaissent de mars à octobre, mais il est nécessaire d’adopter les actions de prévention précocement, dès le début du printemps (voir même plus tôt selon les régions). L’objectif sera alors d’éviter les piqûres des insectes, et pour cela il est primordial :

D’éviter les pâtures et prés à proximité d’eaux stagnantes ou boueuses, de marécages ou de fosses à fumier.

  • De nettoyer les points d’abreuvage très régulièrement (en box ou en extérieur);
  • D’adapter les heures de sortie des chevaux en rentrant les chevaux avant le coucher du soleil et en les sortant après le lever du jour.

Pour conclure, n’oubliez pas que la dermite estivale du cheval ne doit pas être négligée, car elle peut nuire au bien-être quotidien du cheval dès qu’il en a touché. Il est alors primordial de miser sur la prévention pour lutter contre cette maladie récidivante. Si malgré cela le cheval est tout de même atteint de dermite estivale, la meilleure solution reste d’opter pour la combinaison d’actions de traitement et de prévention.

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de Confidentialité. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur les liens de désabonnement présents dans les e-mails ou en nous écrivant à fanny@equiswap.com.

J'ai lu et accepte les termes et les conditions

Ces articles peuvent vous plaire …

Gale du cheval : quels symptômes et comment les traiter ?

Gale du cheval : quels symptômes et comment les traiter ?

La gale du cheval, souvent confondue avec la gale de boue ou la gale d’été est une maladie parasitaire causée par les acariens et à l’origine de multiples lésions cutanées au niveau des crins et de la peau du cheval. C’est une maladie contagieuse qui peut rapidement...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire