Mouche du cheval : comment les éloigner ?

par | Août 17, 2021 | Pathologies

Dès le début du printemps, les mouches envahissent les écuries et posent de nombreux problèmes au quotidien. Si les mouches sont juste des nuisibles pour certains chevaux, d’autres en sont réellement sensibles.

Elles sont généralement attirées par la saleté, la sudation sèche ou humide et se logent dans les poils et dans les crins du cheval. Il est donc primordial de comprendre comment éloigner les mouches chez le cheval afin de rendre le quotidien du cheval plus agréable.

Quels sont les risques des mouches ?

Les mouches tout comme les insectes ailés engendrent de nombreux désagréments potentiellement dangereux pour le cheval.

Tout d’abord, une gêne au quotidien, comparable à un harcèlement des insectes, est possible et peut induire une modification de la répartition du temps du cheval consacré à certaines activités comme l’alimentation, le repos ou les déplacements. Cette modification peut alors devenir une source de stress chez le cheval qui voit son organisation quotidienne brusquement modifiée. C’est notamment le cas des chevaux Camargue. Il a été constaté qu’à partir du printemps, ils passent 2h30 de moins à se déplacer et à s’alimenter.

De plus, les mouches chez le cheval peuvent être des vecteurs de transmission de maladies. Outre les désagréments tels que la conjonctivite ou la surinfection de plaies, les mouches peuvent transmettre des maladies telles que la fièvre West-Nile, l’anémie infectieuse ou la dermite estivale récidivante équine. Cette dernière est causée par les culicoïdes, des petites mouches qui possèdent une salive anticoagulante à l’origine de fortes démangeaisons et de complications dégénératives.

Il est donc important de veiller à limiter la présence de mouches au sein de l’écurie. Pour cela, il est nécessaire de savoir différencier les différents types de mouches.

Quels sont les différents types de mouches ?

Dans le milieu équestre, il existe de multiples types de mouches qui peuvent être à l’origine de piqûres. Les plus fréquentes sont : les mouches plates, les mouches noires et les taons.

les différents types de mouches

Les mouches plates 

Les mouches plates, également appelées Hippobosca equina ou mouche-araignée, sont de grandes tailles et se reconnaissent facilement. Elles sont présentes toute l’année, particulièrement dans le sud de la France, bien qu’une augmentation de leur nombre soit comptabilisée au début du printemps et en été. Les piqûres de mouches plates chez le cheval sont très douloureuses, mais ne semblent pas être des vecteurs de transmission de maladies parasitaires. Elles se logent principalement en région périnéale, c’est-à-dire au niveau de la queue, des mamelles, du fourreau ou des cuisses.

Les mouches noires 

Les mouches noires, appelées Simuliidae, sont plus petites que les mouches plates et se retrouvent dans les lieux humides. Elles sont davantage présentes à l’aube et au crépuscule dès le début du printemps. Lorsqu’elles piquent le cheval, leurs morsures sont à l’origine de réactions allergiques cutanées chez le cheval qui réagit à la salive de la mouche. Ces affections sont souvent accompagnées de saignements et de croûtes. Les mouches noires du cheval se logent principalement au niveau des oreilles et de la suture abdominale.

Les taons :

Les taons font partie de la famille des Diptères et se reconnaissent facilement, car ils ne possèdent que deux ailes. Ce sont généralement les femelles taons qui piquent tandis que les mâles sont inoffensifs. Ces insectes sont attirés par la sueur et par les chevaux en mouvements, ces derniers sont donc souvent piqués lorsqu’ils sont par exemple en pâture ou en paddock. Les taons sont dangereux pour le cheval, car outre les piqûres douloureuses, ils peuvent transmettre des maladies comme l’anthrax ou la maladie de Lyme.

Par quels moyens éloigner les mouches des chevaux ?

éloigner les mouches des chevaux

Afin de limiter les risques de maladies et de gènes au quotidien pour le cheval, il est important de limiter l’apparition de mouches et de les éloigner. Il faut alors veiller aux conditions de vie du cheval afin de limiter leur apparition puis utiliser des produits adaptés, comme un anti-mouche naturel, une fois que les mouches sont présentes.  

Dès l’apparition de mouches, il est important de les éloigner en adoptant les bonnes pratiques et en utilisant les bons produits. Voici quelques mesures à adopter :

  • L’utilisation de répulsif anti-mouche dès que le cheval présente le risque d’attirer des insectes : avant le travail, lorsqu’il sort en extérieur …;
  • Privilégier un shampoing à la citronnelle lors de la douche : celle-ci possède les propriétés d’éloigner les mouches;
  • L’utilisation de couvertures anti-insectes lorsque le cheval sort en extérieur : les couvertures empêchent les mouches de piquer le cheval;
  • Éviter de sortir le cheval aux heures les plus chaudes;
  • Privilégier les sorties en extérieur par groupes de chevaux : ils peuvent alors mutuellement chasser les mouches qui les entourent grâce à leurs queues.

Il est aussi possible d’empêcher de repousser les mouches au sein de l’écurie en utilisant des lampes fluorescentes, des peintures insecticides, des ultrasons ou encore des huiles essentielles répulsives comme la citronnelle ou l’arbre à thé, à propager dans l’air (attention cependant aux risques potentiels d’allergies chez le cheval).

De plus, certaines conditions de vie sont propices à l’apparition de mouches :

  • La présence d’eaux stagnantes;
  • La présence de bétail;
  • La ventilation de l’écurie.

Il est alors nécessaire de procéder à plusieurs vidanges et désinfections sanitaires durant l’année, et plus précisément à la fin de l’hiver. Il est également conseillé de disposer les fosses à fumier à l’écart des structures, car ce sont des lieux de reproduction privilégiés par les insectes.

Pour résumer, les mouches du cheval sont à première vue inoffensives, mais elles présentent de nombreux risques pour la santé du cheval. En cas de piqûre, le cheval peut simplement être victime de douleurs cutanées, mais dans les cas les plus graves, la transmission de maladies parasitaires est possible. Il est alors nécessaire de limiter l’apparition de ces nuisibles et de les éloigner du cheval en optant  pour les bons produits.

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de Confidentialité. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur les liens de désabonnement présents dans les e-mails ou en nous écrivant à fanny@equiswap.com.

J'ai lu et accepte les termes et les conditions

Ces articles peuvent vous plaire …

Parasites externes du cheval : desquels faut-il se méfier ?

Parasites externes du cheval : desquels faut-il se méfier ?

Chez le cheval, les parasites externes peuvent être source d’affections cutanées, d’allergies ou de maladies. Ces parasites sont rencontrés au quotidien dans l’écurie ou en extérieur et peuvent prendre la forme de champignons, poux, acariens, tiques ou encore...

lire plus
Fourchettes pourries chez le cheval : Comment les soigner ?

Fourchettes pourries chez le cheval : Comment les soigner ?

En période de forte humidité, le pied du cheval est sujet à de multiples atteintes podologiques (abcès,seimes...) auxquelles la fourchette pourrie n’échappe pas ! Cette affection touche un grand nombre de chevaux et peut être liée à différentes causes comme des...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire