Teigne chez le cheval : comment la traiter et l’éviter ?

par | Juin 22, 2021 | Pathologies

La teigne est probablement l’affection la plus courante chez les chevaux. Reconnaissable par la présence de lésions cutanées et zones dépilées, c’est une maladie très contagieuse qui peut rapidement toucher tous les chevaux d’un même environnement. Il est donc nécessaire de la traiter à temps afin de limiter sa propagation. Pour cela, il est important de connaître ses causes, ses symptômes, ses traitements et ses moyens de prévention.

Par quoi est causée la teigne chez le cheval ?

La teigne chez le cheval, également appelée dermatophytose ou dermatophytie est une maladie cutanée contagieuse liée au développement de champignons microscopiques. Ce n’est pas une maladie grave, mais elle est très contagieuse entre les chevaux et se transmet par contact direct ou par contact indirect. Des mesures hygiéniques sont nécessaires pour contrer sa propagation.

Plusieurs espèces de champignons sont à l’origine de la teigne du cheval : M. equinum, M. gypseum (famille Microsporum), T. equinum, T. verrucosum, plus rarement T. ochraceum ou T. mentagrophytes (famille Trychophyton). Ce sont les filaments de 2 à 4mm de diamètre (appelés dermatophytes) produits par les champignons qui sont à l’origine du développement de spores responsables de la contagion. Ces filaments possèdent une grande affinité pour l’épiderme et les poils.

La dermatophytose du cheval possède un taux de transmission très élevé. De plus, cette maladie est très persistante, elle peut demeurer plus de 18 mois dans certaines infrastructures, car les dermatophytes se reproduisent facilement sans lien avec les conditions extérieures. Ainsi, une fois contaminé, un cheval peut facilement transmettre la maladie à ses congénères par un contact direct (contact étroit) ou un contact indirect (utilisation du même harnachement, matériel de pansage, abreuvoirs ou piqûres d’insectes). Le cheval peut également développer la teigne lorsqu’une baisse d’immunité est associée à des spores ayant vécu dans le sol. La teigne peut également être transmise à l’Homme bien que cela soit plutôt rare.

La teigne touche de plus en plus de chevaux durant toute l’année bien que les dermatophytes se développent davantage en hiver, car ils profitent de l’humidité et de la chaleur des infrastructures. La période d’incubation de la maladie s’étend d’une semaine à un mois. Tous les équidés peuvent être concernés par la teigne, quel que soit leur sexe et leur âge et il semblerait que certaines affections cutanées, carences en oligoéléments/vitamines ou longs traitements antibiotiques pourraient favoriser le développement de la teigne. Les poulains de moins de 2 ans sont les plus sensibles à cette maladie dans la mesure où leur système immunitaire n’est pas encore à maturité.  

la teigne chez le poulain

Quels sont les symptômes de la teigne du cheval ?

Après une période d’incubation, la teigne se manifeste par l’élévation de touffes de poils sur des surfaces de 2 à 6 cm. Ces premiers symptômes sont souvent confondus avec des piqûres d’insectes, mais ils se transforment ensuite en une dépilation locale bien définie qui peut s’entendre par la suite au corps entier.

Notons que l’importance de ces signes diffère selon l’agent responsable de la teigne. Après plusieurs semaines, les poils repoussent en changeant généralement de couleur. En addition, la peau du cheval peut être sèche et enflammée, sans démangeaison pour autant. L’apparition de croûtes et lésions suppurées est rare.

Les symptômes de la teigne du cheval sont souvent confondus avec les symptômes d’autres maladies causées par des parasites (dermatophilose, dermatose à Staphylocoque, gale véritable, dermite estivale récidivante). Il est donc nécessaire de contacter un vétérinaire dès l’apparition de ces derniers afin qu’il pose un diagnostic et prescrive le traitement adéquat qui freinera le développement et la transmission de la maladie.

Un examen en laboratoire permettra de poser un diagnostic avec certitude en recherchant la présence des dermatophytes dans un prélèvement de poils en périphérie des lésions.

Comment traiter la teigne du cheval ?

Afin de limiter la propagation de la teigne du cheval au sein d’un groupe d’équidés, il est nécessaire d’isoler le cheval contaminé puis de lui administrer le traitement adéquat. Il existe deux types de traitements : le traitement local et le traitement oral.

Par traitement local :

L’objectif du traitement local de la dermatophytose du cheval est d’éliminer les champignons présents sur le corps du cheval. Pour cela, une solution antimycosique ou antifongique est prescrite par le vétérinaire. Le produit est à appliquer sur tout le corps du cheval, même sur les lésions, à quatre reprises espacées de 3 à 4 jours. Les lésions peuvent quant à elles être désinfectées avec un antiseptique à base d’iode pour éviter les surinfections.

Il est également nécessaire de nettoyer le matériel et le harnachement (matériel de pansage, tapis de selle, bandes de travail, sangle…) à l’aide d’une solution antifongique dans laquelle il est possible de le laisser tremper plusieurs heures. N’hésitez-pas à consulter notre article : entretenir son matériel d’équitation qui vous sera utile lors de l’étape du nettoyage du matériel au quotidien ou en cas de teigne.

Il est également conseillé de traiter tous les chevaux évoluant aux côtés du cheval contaminé par la teigne, même s’ils ne présentent pas de symptômes.Le port de gants durant l’administration du traitement est conseillé chez l’Homme bien que la dermatophytose ne soit pas généralement contagieuse à l’Homme.

Par traitement oral :

Le traitement oral de la teigne par l’utilisation de griséofulvine est plus rarement utilisé, mais il est intéressant en tant que complément dans les cas les plus importants. C’est une poudre à mélanger dans la ration du cheval durant 7 jours à raison de 10 mg de principe actif  par kilo de poids vif et par jour ou à raison de 35 mg de principe actif par jour à 2 reprises à 3 à 5 jours d’intervalle.

Attention, ce traitement ne doit pas être administré aux juments pleines, on leur administrera alors le traitement local.L’efficacité de ce traitement reste limitée. Elle ne concerne en effet que les cas de teigne liés aux champignons Trichophyton equinum et en cas de sous-dosage, les risques de rechutes sont importants.

Prévenir la teigne chez les chevaux ?

Comme nous l’avons vu, la teigne est très contagieuse. Il est donc nécessaire de mettre en place un certain nombre de mesures adaptées afin de limiter le développement et la propagation de cette maladie.

transmission teigne

Transmissions directes :

La dermatophytose du cheval se transmet facilement par un contact direct. Ainsi, le matériel de pansage, les textiles (tapis, amortisseurs, protections…) et le harnachement (licol, filet, enrênements…) doivent être individualisés et nettoyés régulièrement.Actuellement, divers vaccins contre la teigne chez le cheval sont testés et présentent de bons résultats en Europe de l’Est.

Transmissions indirectes :

La teigne est naturellement présente chez le cheval, car de nombreuses spores vivent dans les écuries. Cependant, un cheval ne développera la teigne que si son système immunitaire n’est pas assez puissant. Il peut alors être intéressant de renforcer l’immunité des chevaux potentiellement concernés avec l’administration de compléments alimentaires et l’entretien régulier de son lieu de vie.

Ainsi, une bonne ventilation au sein des infrastructures est primordiale pour limiter l’humidité et donc le développement de champignons et de spores.Il est aussi conseillé de respecter une période de quarantaine lorsqu’un nouveau cheval est introduit à un nouveau groupe d’équidés. Cela est également conseillé dans le cas d’autres maladies comme la gourme.

Pour conclure, la teigne est une mycose fréquente et contagieuse chez les équidés bien que ce ne soit pas une maladie grave. Les premiers symptômes ne doivent pas être négligés afin de limiter la propagation de la dermatophytose chez le cheval. Il est alors conseillé de consulter un vétérinaire en cas de doute, qui peut être accompagné d’examens complémentaires en cliniques. La mise en place de mesures hygiéniques joue un rôle primordial dans la limitation de la diffusion de la maladie.

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de Confidentialité. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur les liens de désabonnement présents dans les e-mails ou en nous écrivant à fanny@equiswap.com.

J'ai lu et accepte les termes et les conditions

Ces articles peuvent vous plaire …

Gale du cheval : quels symptômes et comment les traiter ?

Gale du cheval : quels symptômes et comment les traiter ?

La gale du cheval, souvent confondue avec la gale de boue ou la gale d’été est une maladie parasitaire causée par les acariens et à l’origine de multiples lésions cutanées au niveau des crins et de la peau du cheval. C’est une maladie contagieuse qui peut rapidement...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire