Les différents types d’enrênement

par | Août 26, 2021 | Matériel cheval

Quels sont les différents types d’enrênements d’équitation ? Les enrênements sont couramment utilisés en équitation comme aide ponctuelle dans le travail du cheval. Il existe une multitude d’enrênements en équitation qui permettent de répondre à divers besoins du cavalier et du cheval. Le cavalier doit être prudent lors de leur utilisation afin de ne pas gêner le cheval et être nocif.

Qu’est-ce qu’un enrênement ?

Les enrênements sont des outils qui permettent d’influencer l’attitude du cheval lors du travail. Utilisés à la longe ou lors du travail monté, ils agissent principalement sur l’angle d’ouverture de l’encolure et sur le placement de la tête. Ils doivent être utilisés avec précision et douceur pour ne pas blesser le cheval et lui faire peur.

Les 7 différents types d’enrênements

  1. Enrênement pessoa
  2. Enrênement coulissant
  3. Enrênement Pirelli
  4. Enrênement longe
  5. Enrênement élastique
  6. Enrênement chambon
  7. Rênes allemandes

Enrênement Pessoa

enrênement pessoa équitation
Crédit : My Store

L’enrênement Pessoa est utilisé lors du travail à la longe et il cherche à placer le cheval dans la bonne position de travail.

En effet, l’enrênement Pessoa a pour objectif de muscler le cheval en faisant travailler l’avant-main et l’arrière-main en même temps. Il apprend alors au cheval à engager ses postérieurs sous la masse. C’est un processus qui favorise par la suite la musculation des abdos, de la croupe et des fesses du cheval. L’enrênement Pessoa sollicite énormément le cheval, il faut donc l’utiliser avec modération.

L’enrênement Pessoa peut se régler de trois façons :

–          En position basse, en passant entre les antérieurs. Cette position permet de muscler le dos du cheval;

–          En position intermédiaire, en le faisant passer dans les côtés du surfaix. Cette position permet de redresser progressivement le cheval;

–          En position haute, en le faisant passer dans les anneaux hauts du surfaix. Cette position permet de placer le cheval sur la main, en plaçant la nuque comme le point le plus haut.

Il est important d’être progressif dans l’utilisation de cet enrênement en commençant par la position basse.

Enrênement coulissant

Il existe différents types d’enrênements coulissants : les plus connus sont les rênes allemandes et le gogue commandé.

Ces types d’enrênements d’équitation possèdent la particularité de coulisser et donc de ne pas être fixes. Leur intensité et leurs effets dépendent alors du cavalier et de l’utilisation qu’il en fait. Les enrênements coulissants doivent donc être placés entre les mains des cavaliers les plus confirmés.

Nous nous intéresserons aux rênes allemandes plus tard et lui allons commencer par le gogue commandé.

Il existe deux types de gogues : le gogue fixe et le gogue commandé. Le premier est relié de la tête du cheval à la sangle en passant dans le mors tandis que le second possède la particularité d’être relié aux rênes. Ainsi, le gogue commandé est considéré comme un enrênement coulissant car c’est la position et la longueur des rênes qui influencent son intensité.

Le gogue commandé consiste à former un triangle déformable entre le poitrail, la nuque et la bouche. Il exerce alors une action d’abaissement sur la nuque et la tête du cheval afin de favoriser l’engagement des postérieurs et l’extension de la ligne du dessus. Attention, dans certains cas il ne s’agit que d’une constatation visuelle de l’angle de la tête et non de l’engagement ! Il faut donc veiller à avoir un cheval actif et aux ordres afin de lui demander l’engagement, qui n’est pas systématiquement naturel chez tous les chevaux.

Enrênement Pirelli

Enrênement Pirelli
Crédit : Canter

L’enrênement Pirelli est utilisé à la longe et lors du travail monté. Il est composé d’un anneau et d’une plateforme droite en caoutchouc qui agit comme une rêne fixe. Il peut être placé de différente façon :

–          De l’embouchure aux membres en étant fixé sur la sangle ou le surfaix;

–          De l’embouchure aux côtés du surfaix.

Les élastiques de cet enrênement ne sont pas réellement élastiques, ils sont plus rigides que les élastiques éducatifs.

L’objectif de l’enrênement Pirelli est de tendre le dos du cheval afin de le muscler plus facilement. Attention, son utilisation n’est pas à prendre à la légère : si les élastiques sont mal fixés, les risques d’à-coups dans la bouche du cheval sont importants ! Il est ainsi conseillé d’utiliser cet enrênement uniquement au pas et galop, le trot pouvant être source de déséquilibres.

Enrênement longe

Lors du travail en longe, différents enrênements peuvent être utilisés :

–          Le howlett;

–          Le Pirelli;

–          Les élastiques;

–          Le chambon;

–          L’enrênement de longe en corde.

L’enrênement de longe en corde est constitué d’un anneau entre les membres du cheval et d’une corde qui passe sur le dos du cheval et rejoint le mors en passant entre les antérieurs. Il a pour objectif de muscler le cheval en le contraignant moins que d’autres enrênements de longe car il ne le bloque pas dans une position fixe.

Enrênement élastique

enrênement élastiques
Crédit : Sellerie Fouilhoux

Les enrênements élastiques, également appelés élastiques éducatifs, permettent d’apporter une certaine souplesse dans l’intensité de la demande grâce à leur élasticité. Ils se fixent généralement au niveau des anneaux latéraux de la sangle pour rejoindre le mors. Ils ont globalement la même action que l’enrênement Pirelli.

Les élastiques sont conseillés pour les chevaux qui ont tendance à raidir leur nuque à se mettre contre la main du cavalier. Ils sont utilisables à la longe ou lors du travail monté.

Attention, ils doivent être correctement ajustés afin de ne pas enfermer le cheval dans une position inconfortable : cela provoquerait des douleurs et des défenses.  

Enrênement chambon

enrênement chambon
Crédit : Canter

Le chambon est un enrênement peu courant qui est utilisé uniquement en longe. Il ressemble énormément à un gogue mais son utilisation est différente. C’est un enrênement qui fonctionne par poulies de chaque côté de la tête du cheval en passant par la têtière et en s’attachant au mors grâce à des mousquetons.

L’objectif de l’enrênement chambon est d’abaisser la tête du cheval en jouant avec les poulies, rendant la position de tête « ouverte » inconfortable pour le cheval en agissant sur les commissures des lèvres. Il faut ainsi être vigilant car cette action de releveur peut être contradictoire pour certains chevaux, en particulier chez les jeunes.

Attention, le chambon ne s’utilise qu’au pas et au trot ! En effet, le galop étant une allure à bascule, il est très compliqué pour le cheval de tenir la position provoquée par le chambon au risque de demander trop d’effort au cheval

Rênes allemandes

rênes allemandes équitation enrênement
Crédit : Dyon

Les rênes allemandes font partie des enrênements coulissants. Elles sont réservées aux cavaliers confirmés qui savent gérer la locomotion de leur cheval afin de ne pas causer des douleurs à ce dernier.

Ce sont des rênes, plus longues que les modèles classiques, qui peuvent se fixer de deux façons différentes :

–          Depuis la sangle jusqu’au mors en passant entre les antérieurs;

–         Depuis les anneaux de sangle latéraux jusqu’au mors du cheval sans passer entre les membres.

Ces deux dispositions possèdent des effets différents. Le premier cas est utilisé afin de limiter le relèvement maximal de la tête et de l’encolure du cheval tandis que le second cas permet d’alléger le poids d’un cheval « lourd » sur son mors.

Attention, les rênes allemandes n’ont pas pour objectif de mettre le cheval « sur la main » ou « dans la main », au contraire ! Elles permettent simplement d’aider ponctuellement le cavalier dans son travail d’apprentissage au cheval. Trop tendues, elles placent le cheval dans une position d’hyperflexion, très dangereuse et néfaste pour la santé du cheval. La fédération suisse d’équitation a notamment interdit l’usage de rênes allemandes lors des concours depuis 2016.

Pour résumer, il existe beaucoup d’enrênements d’équitation différents qui permettent de placer le cheval dans une bonne position de travail plus facilement que ce soit lors du travail monté ou à la longe. Les enrênements sont tout de même des aides artificielles, leur utilisation doit rester ponctuelle afin que le cheval ne crée pas d’accommodation sur le long terme. Enfin, les enrênements doivent être correctement ajustés afin de ne pas blesser le cheval.

Newsletter

Vous affirmez avoir pris connaissance de notre Politique de Confidentialité. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur les liens de désabonnement présents dans les e-mails ou en nous écrivant à fanny@equiswap.com.

J'ai lu et accepte les termes et les conditions

Ces articles peuvent vous plaire …

Protections cheval : Comment faire le bon choix ?

Protections cheval : Comment faire le bon choix ?

Comment choisir les protections de mon cheval ? Les protections du cheval permettent de protéger le cheval durant le travail. Il existe différents types de protections : les guêtres, les protège-boulets, les bandes et les cloches.  Toutes ces protections ont pour...

lire plus
Les différentes muserolles et leurs actions ?

Les différentes muserolles et leurs actions ?

Quelles sont les actions des différentes muserolles ? Lors de la préparation du cheval, il est important de vérifier que le matériel est adapté. Après avoir vu si l’arçon d’une selle était adaptée, nous allons nous intéresser au filet et plus précisément à la...

lire plus
Qu’est-ce que le Saddle Fitting ?

Qu’est-ce que le Saddle Fitting ?

Saddle fitting, bit-fitting,… Ces dernières années, de nouveaux mots sont apparus dans notre vocabulaire équestre, mais qu’est-ce qu’ils veulent dire ? Quelles sont leurs utilités ?  Aujourd’hui, nous vous proposons un article complet sur le saddle fitting afin...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire